Publication Date

2018

Abstract

La Vie de Dosithée (Vita Dosithei, chap. 9; BHG 2117) comporte un mot grec inhabituel: τὰς κλύστας. Jusqu’à présent, ce mot avait été mal compris, et l’on estimait qu’il désignait du pain trempé dans du vin. L’A. établit que cette interprétation, ainsi que la tradition lexicographique byzantine qui la soustend, ne sont pas tenables. Il démontre que le couteau (μαχαίριον) dont le texte parle est un scalpel, utilisé pour l’ablation de κλυστήρας ou κύστας. Dans un premier cas, le scalpel était destiné à préparer des lavements; dans le second, il servait à enlever des calculs. Dans les deux cas, l’organe susceptible d’etre entaille est une vessie. Cette mise au point lexicale permet de considérer la Vie de Dosithée comme un témoignage précieux, et jusqu’ici sous-estimé, sur le niveau et la gamme de soins de santé pratiqués dans les monastères byzantins de l’Antiquité tardive, ainsi que sur les réseaux de patronage à Gaza.

School/Institute

Institute for Religion and Critical Inquiry

Document Type

Journal Article

Access Rights

ERA Access

Access may be restricted.

Share

COinS