Publication Date

2016

Abstract

One of the little known incidents from the episcopate of Zosimus in Rome between 417 and 418 concerns clergy from his own church. From Ep. 14 (JK 345) (Ex relatione), written shortly before Zosimus’ death, we read that a couple of groups of them had gone to the imperial court with a complaint against their bishop. One group had been excommunicated already and in this letter Zosimus threatens the same fate on the other. Their action had been contrary to established canons. Although the letter tells us nothing further, we are able to place this into the context of what we know about ecclesiastical complaint procedures to establish how limited the options were for clergy to complain against their bishops, especially when they came from Rome itself, and how this incident fits into a growing pattern of recourse to civil authority to arbitrate in internal conflict. The possibility of a connection with the division of the Roman clergy in the light of Zosimus’ treatment of the Pelagian controversy is also considered. The letter indicates just how widespread was the discontent with Zosimus’ leadership style late antique churches in the West. L’un des incidents peu connus de l’épiscopat de Zosime, à Rome en 417/418 concerne le clergé de sa propre Église. Dans l’Ep. 14 (JK 345) (Ex relatione), écrite peu avant la mort de Zosime, on lit que deux groupes de fidèles de cette Église étaient allés à la cour impériale, porteurs d’une plainte contre leur évêque. Le premier groupe avait déjà été excommunié et, dans cette lettre, Zosime menace le deuxième du même sort : leur action avait été contraire aux canons établis. Bien que la lettre ne nous dise rien de plus, nous sommes en mesure de la placer dans le contexte de ce que nous savons des procédures de plainte en matière ecclésiastique, pour établir combien réduites étaient, pour le clergé, les possibilités de se plaindre de leurs évêques, surtout lorsque les plaintes venaient de Rome même. La lettre nous montre aussi combien cet incident correspond à un processus croissant de recours à l’autorité civile pour arbitrer un conflit interne. On se demandera aussi s’il est possible d’établir un lien entre cet incident et la division du clergé romain qui s’est produite en raison du traitement de la controverse pélagienne par Zosime. Cette lettre montre seulement combien était grand, dans les Églises de l’Occident, le mécontentement à l’égard du mode de gouvernement de Zosime.

School/Institute

School of Theology

Document Type

Journal Article

Access Rights

ERA Access

Access may be restricted.

Share

COinS