Publication Date

2015

Abstract

Le 22 septembre 417, l’évêque de Rome Zosime écrivit une lettre aux évêques d’Afrique, de Gaule et d’Espagne (Ep. 4 - Cum aduersus ; JK 331). Cette lettre faisait suite à un synode lors duquel il avait été question du refus de certains évêques de Gaule à se soumettre à l’autorité grandissante de Patrocle, évêque d’Arles, que Zosime avait soutenu les jours suivant son élection en mars de la même année (Ep. 1 - Placuit apostolicae ; JK 328). La question avait porté en particulier sur l’ordination par Procule, évêque de Marseille, de deux évêques, Tuentius et Ursus, et sur la création à leur intention de deux nouveaux diocèses, initiatives que la lettre condamnait également. Alors qu’on situait habituellement ce synode à Rome, David Frye a voulu qu’il se soit tenu à Turin et que Zosime s’y soit déplacé. Récemment, Michael Kulikowski est revenu à l’interprétation traditionnelle. Cum Aduersus est la première lettre parmi de nombreuses autres écrites en l’espace d’une semaine et répondant à l’accueil négatif fait aux projets de Zosime et Patrocle concernant la Gaule. Dans cet article, je souhaite proposer une nouvelle lecture de cette lettre, notamment en la rapprochant d’une autre lettre écrite la veille (Ep. 3 - Posteaquam a nobis ; JK 330) et adressée à Aurélien de Carthage au sujet de la controverse pélagienne et de la réhabilitation par Zosime de Caelestius : selon moi, lors des synodes de Rome tenus cette année-là, les débats sur le pélagianisme et sur la restructuration des églises de Gaule se sont agrégés au point d’exacerber l’esprit de l’évêque de Rome sur leur sérieux.

Document Type

Journal Article

Access Rights

ERA Access

Access may be restricted.

Share

COinS